ENSEIRB, je te salue !

Aujourd'hui, j'aimerais ouvrir une P'Art'enthèse sur un chef d'oeuvre du cinéma français : Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain

Ce film conte l'histoire d'une jeune fille, Amélie, au caractère rêveur et à la bonté infinie. Dans cette histoire, pas de personnage historique ni d'injonction à sauver le monde, seulement un appel à devenir poète. L'histoire se concentre sur quelques habitués d'un café, d'illustres inconnus qui ont leurs joies et leurs peines dans l'immensité du Paris de 1997. 

S'arrêter ainsi pour narrer la vie de Monsieur et de Madame tout le monde, c'est offrir une réflexion sur la multitude de personnes qui vivent maintenant, au moment où vous lisez ces lignes. C'est se demander qui sont ces gens que vous voyez tous les jours dans les transports en commun. C'est offrir une existence individuelle à la masse d'êtres qui habitent nos villes. Chaque destin mérite d'être conté et chaque individu a droit au bonheur, là est la première idée de ce film.

La seconde idée, et non des moindres, est l'appel à devenir poète. Non pas à prendre un stylo et à écrire, mais à profiter des petites choses de la vie, celles qui pourraient nous procurer une joie intense mais que nous ne voyons pas, enfermés dans nos quotidiens et courant après le temps. Il faut s'arrêter, lever la tête vers les nuages sculptés dans le ciel et ramasser des galets bien plats pour faire des ricochets. 

Enfin, ce film fait l'éloge de la bonté. Profondément humaine, Amélie va distiller le bonheur autour d'elle, sans jamais faire savoir que c'est elle qui est à l'origine de petits miracles. Anonyme, remplie d'abnégation, elle prend soin de ses voisins, quitte à s'oublier elle-même sur le chemin du bonheur. Il faudra pourtant qu'elle le retrouve si elle ne veut pas finir désespérément seule.

Si le fond ne vous convainc pas, laissez moi vous parler de la forme ! Le réalisateur, Jean-Pierre Jeunet, a son style bien à lui. La photographie sépia est porteuse d'une teinte désuète qui ajoute à la poésie. D'autre part, le film est souligné par des musiques devenues hautement célèbres, composées par Yann Tiersen. La Valse d'Amélie et la Comptine d'Un Autre Été ne vous seront probablement pas étrangères. Et devinez quoi ? Vous avez déjà croisé ce compositeur dans cette P’Art’enthèse : https://bda.eirb.fr/parentheses/eusa.html !

Je fermerai ma P'Art'enthèse sur ces mots : si vous perdez fois en l'humanité, si vous avez perdu la poésie, (re)regardez ce film et dites-vous que le bonheur est à porté de main, il faut juste la tendre pour le saisir. 

Biographie :

En bref :

Prénom : Jean-Pierre
Nom : Jeunet
Activité principale : Réalisateur, Scénariste, Producteur, Monteur
Nationalité : Française
Date de naissance : 3 septembre 1953 (66 ans)

Films notables : Delicatessen, La Cité des enfants perdus, Alien, la résurrection, Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Un long dimanche de fiançailles

Quelques précisions (Wikipedia) :

Les films de Jean-Pierre Jeunet mêlent le fantastique et le décalage absurde à une représentation de la réalité dans diverses proportions, soit en créant des univers oniriques à partir d'éléments quotidiens, notamment urbains (Delicatessen, La Cité des enfants perdus), soit en faisant ressortir les éléments du hasard dans le quotidien (Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain). Ses films comportent toujours une part d'humour enfantin, même lorsqu'il traite de l'horreur. 

Sources et liens vers l’oeuvre :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Jeunet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Fabuleux_Destin_d%27Am%C3%A9lie_Poulain
La Valse d’Amélie : https://www.youtube.com/watch?v=Kf5B9MuTAk0 
Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=FBh0Bt5fmEo

 
Aymeric
 
PS : C'est ainsi que s'achève ce troisième jour du C'Art'lendrier de l'Avent
PPS : On vous retrouve demain pour une nouvelle case (et pas avant petits chenapans !)
PPPS : Quant à la P'Art'enthèse, elle revient jeudi prochain, comme à son habitude !
PPPPS : ELT <3<3
PPPPPS : LEZIKLEZIKLEZIK
PPPPPPS : ADZ *avocat**chaleur**bave*
PPPPPPPS : Bonne soiréeee !